Accueil / Circuit touristique en voiture / Pays Baltes / LITUANIE

Ouvrages disponibles
auprés de 
Carnet de Sentier
59, rue Libergier
51100 REIMS
potierd@wanadoo.fr 

Saint-Nicaise

Opera

Boulingrin

Facade

Temple

Cité-Jardin

Vilnius la vieille ville

VILNIUS

Des 3 capitales baltes VILNIUS est celle qui a le plus préservé son caractère provincial et c'est plutôt un compliment. c"est une ville plutôt basse et aérée, inondée de lumière, une ville très verte avec de grands espaces paysagers mais aussi des petites places intimes et des ruelles qui serpentent en jouant avec la lumière. Tout cela a beaucoup de charme.

Installé à l’Hôtel Artis Centrum, situé dans la vieille ville, rue LIEJYKLOS, à côté du ministère de l’armée et à l’arrière du palais présidentiel (sécurité assurée !), on bénéficie d’une base idéale pour partir à la découverte de la vieille ville de VILNIUS. Chacune des capitales baltes a un profil qui lui est particulier ; à VILNIUS, c’est le baroque qui s’impose, avec un patrimoine architectural riche et bien (mais raisonnablement) restauré. Partant de l’hôtel, on descend devant soi en longeant le mur du palais présidentiel jusqu’à la place DAUKENTO. Le palais de style russe (XIX°) accueillit Napoléon. A l’angle de la rue SKAPO, on tourne à gauche pour rejoindre la place de la Cathédrale. La place KATEDROS est un immense espace avec une esplanade entre beffroi et cathédrale, hors de proportion, l’œil s’y perd…

Le beffroi reconstruit il y a 2 siècles, rappelle la présence de l’ancien rempart qui délimitait la ville.

L’archi-cathédrale basilique de St Stanislas et St Ladislas, vaste temple blanc qui trône sur l’esplanade nous apparaît tel qu’après les modifications de 1783 à 1801 sans la moindre ressemblance avec l’édifice primitif érigé en ce lieu par le Grand Duc Vytautas en 1387.

A l’intérieur, sobre et lumineux, on s’intéressera à la chapelle St Casimir, riche de stuc et de peintures en trompe-l’œil qui racontent la vie du saint patron de la Lituanie. Dans les souterrains, sont enterrés tous les grands souverains Du pays. En restauration, le grand bâtiment, en prolongation de la cathédrale était le Château « inférieur » ou Palais des dirigeants. C’est en ce lieu que, dés le XIII° siècle, le Grand Duc Gediminas (dont on voit la statue en compagnie de son cheval, sur la place) fonda la place forte qui fut, par la suite, résidence officielle des Ducs lituaniens. le palais, restauré, devrait rouvrir ses portes en 2009, année qui verra VILNIUS capitale européenne de la Culture.

Cette même année 2009 sera le millénaire de la première mention du nom de Lituanie. la statue de Gediminas rappelle quel grand souverain il fut et comment il développa et agrandit son pays au début du XIV° siècle. au dessus de la place, on devine, dans les frondaisons, le château « haut », construit en briques. Au XIV° il résista à de multiples assauts des Chevaliers Teutoniques qui ne purent jamais s’en emparer. Devenu symbole de la résistance lituanienne, il accueille aujourd’hui un musée. La tour de Gediminas est accessible soit par un sentier soit par un téléphérique. En poursuivant notre promenade, on traverse un parc bordé par la rivière VILNIA qui va se jeter dans le fleuve NERIS au niveau de l’Arsenal. Passer le pont puis tourner à droite pour monter au parc KALNU. Au sommet, on atteint le site des 3 croix qui rappellent le martyr de moines franciscains, crucifiés et jetés dans la rivière par les païens. Ces croix furent également l’objet de la hire soviétique qui les détruisit après la seconde guerre mondiale. Depuis le sommet, beau panorama sur la ville avec une table d’orientation qui permet de préparer visuellement les visites qui vont suivre. De la colline, on redescend vers la ville par le chemin aller pour, au niveau du parc emprunter sur la gauche la rue BARBOROS puis la rue MAIRONIO pour aller visiter le bel enclos qui à côté de l’école des Beaux-arts, regroupe les églises Ste Anne et St Bernard.

L’église Ste Anne, construite en briques est un petit chef-d’œuvre du gothique tardif. Elle jouxte l’église des Bernardins ; celle-ci, un peu plus qu’une église pouvait être utilisée à des fins militaires, en témoignent les meurtrières de la façade nord. L’intérieur, vaste et lumineux, comporte les traces de grandes fresques, passablement effacées. Ce bel édifice, bien équilibré est actuellement en cours de restauration. L’ensemble, enclos derrière son mur de briques a comme un petit air de béguinage.

On traverse pour prendre la rue MYKOLO et longer l’église St Michel, actuellement fermée pour travaux de restauration. On arrive dans le grand axe marchand de la ville, la rue PILIES, rue piétonne qui remonte vers le nord, jusqu’à la place de l’Hôtel de Ville.

A gauche, on pourra voir l’église orthodoxe St Michaël. Sur la place de l’Hôtel de Ville, reconstruit au XVIII° siècle, se trouve sur la gauche l’église St Casimir, dont la façade est actuellement en cours de restauration. Première église baroque de Lituanie, St Casimir fut bâtie par les jésuites au début du XVII°et, après bien des vicissitudes, leur fut rendue au départ des soviétiques. On poursuit vers le sud par la rue AUSROS. A droite, un vaste bâtiment l’Orchestre Philarmonique Lituanien ; juste après, toujours sur la droite, se dissimule le joli portail d’entrée élégamment ourlé de l’église de la Ste Trinité (fermée pour travaux). Au même niveau, à main gauche, portail d’entrée de l’église orthodoxe du St Esprit, la plus importante église orthodoxe de Lituanie. Le traitement baroque de l’intérieur, tout en moulures et en stuc est assez inhabituel pour une église orthodoxe. Au centre, le reliquaire accueille les corps de 3 saint orthodoxes Antoine, Eustache et Jean. Soumise aux guerres et aux destructions, l’église fut maint fois reconstruite ou remaniée.

On arrive maintenant à l’extrémité sud de la vieille ville, fermée par la vieille porte de l’Aurore, bastion autrefois inclus dans la ligne de fortification. On y visitera avec intérêt le sanctuaire bâti au dessus du passage et qui conserve l’icône miraculeuse de la Ste Vierge, œuvre célèbre de la renaissance en Lituanie. La Madone de VILNIUS, peinte au XVII° est devenue l’une des plus célèbres icônes à travers le monde. Elle est reconnue comme miraculeuse tant par les catholiques que par les orthodoxes et les uniates. On franchit la porte la porte de l’Aurore qui débouche sur un boulevard de ceinture (BAZILIJONU). que l’on prend à droite pour tourner à nouveau à droite dans la rue VISU SVENTU et aller rendre visite à l’église de Tous les Saints. L’intérieur riche et coloré est plein de gaieté et doit beaucoup, lui aussi, aux jésuites. Poursuivre par la rue SIAULIU puis la rue MIKALOJAUS pour rejoindre le boulevard VOKIECIU jusqu’à l’angle de la rue DOMINIKONU. De là, prendre en face la rue VILNIAUS jusqu’à une jolie place où est érigée l’église St Ignoto, bien restauré mais close et qui sert désormais de salle de concerts. En tournant à droite dans la rue LIEJYKLOS on rejoint directement l’hôtel.


En complément de visite, on pourra consacrer é heures environ à la visite de l’Université de VILNIUS, la plus ancienne d’Europe de l’est, que les jésuites dirigèrent pendant près de 200 ans. c’est un véritable dédale qui se distribue ) travers 13 cours, lieux pleins d’esprit qui donne envie de s’égarer dans les différentes disciplines étudiées et qui ont chacune leur cour dédiée.