Accueil / Randonnée pédestre / Randonnées en France / Languedoc-Roussillon

Ouvrages disponibles
auprés de 
Carnet de Sentier
59, rue Libergier
51100 REIMS
potierd@wanadoo.fr 

Saint-Nicaise

Opera

Boulingrin

Facade

Temple

Cité-Jardin

Randonnée dans les Cévennes sur les pas de Stevenson

De Velay en Cévennes,

sur les traces de Robert-Louis Stevenson

 

Robert-Louis Stevenson, curieux de l'histoire des camisards et de leur lutte contre la royauté entre 1702 et 1705, décide de parcourir le théâtre des opérations en engageant une traversée des Cévennes en 1878. La cartographie peu précise de l'époque barrait d'un “Cévennes" monumental une large frange du territoire ce qui provoqua une confusion dans l'esprit de l'écrivain voyageur qui partit très au nord des vraies Cévennes. De fait, c'est seulement franchi le Mont Lozère, soit au 3/5 du chemin qu'il admit rentrer enfin dans les “Cévennes des Cévennes...“
Cela pour expliquer le départ du Monastier-sur-Gazeille, à 19 Km, au sud du Puy-en-Velay. Comme on peut l'imaginer, le chemin tracé aujourd'hui a peu en commun avec celui emprunté par Stevenson, les routes goudronnées ayant recouvert le tracé original. Paradoxalement, on a plus de chance d'être sur le vrai chemin quand on est sur la route.
Le chemin en lui-même est d'une grande facilité, presque trop bien aménagé dans certains cas, présentant peu de dénivelées ni de vraies difficultés de parcours. En l'occurrence pour une question de disponibilité, le chemin avait été redécoupé en 6 étapes entre le Monastier et Saint-Jean du Gard.
Comme dans toute randonnée, c'est le climat qui décide et ce printemps 2012, compliqué à souhait, amènera abondance de pluie et de neige entre le 21 et le 27 avril, dates choisies pour ce parcours. En conséquence et sans regret, il aura fallu accepter d'y mettre un terme le 4ème jour, bloqué par la neige et l'absence de visibilité au Pic de Finiels...
Suit donc ici le compte-rendu des 4 premiers jours, l'histoire étant à reprendre une prochaine fois.
A signaler la facilité pour l'organisation de l'excellente “Malle postale" qui sillonne quotidiennement le chemin et permet le rapatriement dans d'excellentes conditions.

Un vif merci à Jacques Rivière, compagnon d'aventure pour la circonstance qui, avec opiniâtreté et courage, a bien voulu partager cette déambulation sans jamais manifester la moindre protestation devant certaines longueurs d'étapes et a toujours fait preuve d'un optimisme réconfortant...