Accueil / Randonnée pédestre / Slovénie / ALPES-JULIENNES

Ouvrages disponibles
auprés de 
Carnet de Sentier
59, rue Libergier
51100 REIMS
potierd@wanadoo.fr 

Saint-Nicaise

Opera

Boulingrin

Facade

Temple

Cité-Jardin

Le Mont Driglav



Le Mont TRIGLAV
Slovénie septembre 2007


Mercredi 12/09/07


Départ de Reims à 5h30 pour une longue route (environ 1080km) qui mène à Ribcev Laz, petite station sur la rive du Lac Jezero, au pied du mont Driglav (alt. 2864m), sommet culminant des Alpes Juliennes et de la Slovénie.
L’autoroute A4 mène jusqu’à la frontière allemande par Metz puis Saverne et rejoint Stuttgart avant de plonger, par l’A8 sur Munich. Les incessants travaux sur les autoroutes allemandes provoquent de multiples bouchons et ralentissent considérablement la progression. On se demande pourquoi les allemands produisent autant de voitures surpuissantes qui se révèlent totalement déplacées sauf à se satisfaire de courtes et violentes accélérations ?
Quoiqu’il en soit, la frontière autrichienne est quand même franchie et là, il faut être vigilant car il y a maintenant obligation d’accoler une vignette (7,50 €) qui permet de goûter aux autoroutes limitées  à 110 voire à 100 km/h pour raisons environnementales…
S’en suit une série de plus ou moins tunnels, certains gratuits d’autres pas. Le poste frontière slovène requiert un peu d’attention car on a facilement la tentation de passer devant une guérite que l’on croit déserte, situation peu appréciée du douanier renfrogné qui, du coup, se livre à un examen des plus attentifs de la carte d’identité !
Passé le long tunnel de Karavankentunnel, on bascule dans un paysage d’opérette, on  est en Slovénie.
Un petit bout d’autoroute s’achève vite au bout de 13 km et l’on prend à droite direction Bled, jolie peite ville balnéaire puis l’on rejoint Bohinjska Bistrica où, sans aucune indication routière il faut tourner à droite, cap à l’ouest pour aboutir aux rives du lac Bohinjsko Jezero, terme de notre route. la station de Ribcev Laz n’est ni laide ni jolie. Près du pont, l’église Saint-Jean le Baptiste (1724) propose des  fresques murales de grandes dimensions ainsi qu’une décoration peinte pimpante et soignée ; à remarquer la couverture en « tuiles » de bois.
L’hôtel Jezero fleure le bon le « Titisme » relifté, qualité de la restauration à l’identique…
Pour celles qui n’ont pas profité d’une restauration, les chambres sont très 70s. Literie correcte, piscine agréable mais manquant vraiment de profondeur ; surtout ne pas plonger ! Sur place, « boutique office de tourisme » et petit supermarché, pratique mais l’euro est passé par là…


Vendredi 14/09/07

Sur le chemin…
Pour éviter une marche d’approche en forêt assez longue et moyennement intéressante (sauf pour l’échauffement), on peut choisir de louer un taxi qui (pour environ 40€ pour 4 personnes) emmène à 1347m d’altitude sur le flanc est du Driglav,
au lieu-dit "Rudno Polje"  , à proximité d’un caserne





00h.00mn - On oublie la route goudronnée pour prendre une piste rectiligne en terre qui part NW
00h.10mn - Tourner à gauche au remonte-pente pour suivre le chemin qui commence à s’élever vigoureusement vers W.
00h.50mn – On quitte le couvert de la forêt pour s’avancer en terrain plus minéral qui s’élève maintenant  très progressivement en suivant les courbes de niveaux (1580m) vers le NW.

01h.20mn  - Le chemin surplombe une superbe combe, piquetée de fermes et de séchoirs
à foin.

On s’avance entre deux sommets, l’Ablanca à l’W (2004m) et le Visevnik ((2050m) à l’E,
le Draski vrh (2132m), fermant le panorama au N.

01h.30mn – On arrive sur un replat qui précède une vaste dépression glaciaire bien plane ou l’on tourne franchement à gauche en direction SW pour grimper la pente raide et caillouteuse

02h.10mn
– Studorski Preval, beau col bien ouvert (1892m) qui offre un vaste panorama. On engage le beau chemin qui prend SW
en courbes de niveaux en oubliant le chemin qui monte à droite, au N.
Après avoir longuement contourné par le S le massif de Tosc, on arrive
03h.50mn - au refuge
"Vodnikov Dom" (1817m) où l’on peut également se rafraîchir ou se restaurer.

On a maintenant le Driglav dans l’axe de vision au NW et l’on peut même deviner le refuge
« Dom Planika », lové au pied du Driglav. Le chemin s’élève à nouveau et propose ses premières « via ferrata » pour atteindre

04h.55mn - Konjsko sedlo (2020 m), vaste carrefour de 4 pistes qui permet de rejoindre au N, le refuge « Triglavski Dom » et à l’W le refuge « Dom Planika ».

La montée se fait maintenant plus vive dans un environnement exclusivement minéral qui ne décourage cependant pas les chocards à bec jaune qui tournoient dans les airs et assurent le spectacle.
Le chemin se redresse maintenant nettement au N pour rejoindre
06h.05mn - le but de cette première journée de marche, le vieux et authentique « Dom Planika » (2401m) refuge dont le charme se résume surtout à sa situation, niché au creux du Driglav qui imprègne le lieu de toute sa puissance.

Le refuge en quelques mots…
C’est un refuge à l’ancienne sans confort comme on peut toutefois les aimer. Son emplacement prime sur son charme intrinsèque. On peut y manger (très cher et très moyen) et ensuite « tenter » de dormir, bercé par les vives conversations slovènes (ils ont le verbe haut) ou par les ronflements, apparitions sonores consécutives aux fortes consommations de bière qui stimulent les discussions précédemment évoquées…












Samedi 15/09/07


Sur le chemin  (2)…
Deux recommandations pour cette longue journée : démarrer très tôt, au lever du soleil et ne jamais faire cette marche sur un week-end.

Quand on se tient sur la terrasse du refuge qui sert également d’héliport pour le ravitaillement, on se tient au pied du Driglav qui vous écrase de sa formidable masse mais ce qu’il y a de plus étonnant, c’est que, malgré les panneaux indicateurs qui indiquent les 2 voies possibles celle du N (temps annoncé 1h), directe ou celle à l’E qui passe par le refuge « Triglavski Dom » temps annoncé 1h30mn), on ne discerne qu’à peine la voie à suivre et quand on la devine, on imagine mal la place que l’on peut y prendre…

00h.00mn – Plein de motivation, on quitte le refuge, à 2401m d’altitude, pour prendre la voie directe du N qui attaque le massif en pleine face. Très vite, on est rassuré par la présence d’aides indispensables (marches, poignées et câbles métalliques) qui rendent la progression possible, bien que l’on évolue en pleine verticalité. La tête dans la falaise, on progresse sans trop se poser de questions pour atteindre le Mali Trigav (petit Driglav) qui culmine à 2725 m d’altitude.

01h.10mn – Depuis le Mali Triglav, on apprécie le panorama sans limite qui s’offre à nos yeux.
Le regard tourné vers l’W, le chemin apparaît comme une passerelle suspendue, accrochée au Driglav, le vrai. Il suffit donc de s’engager sur l’étroit passage, bien aidé par la main courante métallique qui accompagne tout au long de la traversée.
01h.30mn – Mission accomplie, le Driglav (2864m) est atteint… Curieusement couronné d’une boîte métallique qui tient plus d’une mini fusée MIR imaginée par Tito espérant coiffer les russes dans la course à la lune en partant du pus haut sommet de la Yougoslavie d’alors, la dite boîte métallique peut éventuellement servir d’abri individuel, ce que l’on ne souhaite à personne et est ornée à l’intérieur d’un panorama qui fait office de table d’orientation.
Comme toujours, monter n’est pas le plus dur. Il faut maintenant songer à attaquer la descente qui s’engage sans le moindre ménagement jusqu’au col de  Triglavska  skrbina (2669m d’altitude).
Là aussi les aides métalliques de toutes sortes facilitent les choses mais la descente est franchement très raide…
Depuis le col de  Triglavska  skrbina on prend la piste qui plonge à droite en prenant la direction du refuge "DOLIC". Descente longue, technique et exigeante physiquement qui vous amène dans un immense pierrier au pied de la face N du Driglav. Longue traversée en descente (presque douce) par le SW jusqu’à rejoindre une belle piste empierrée qui menait autrefois à des ruines militaires et que l’on aperçoit en haut au N. accrochées à 2520m d’altitude.

04h.00mn – On emprunte avec satisfaction cette superbe et large piste qui permettait autrefois aux soldats et aux mulets d’aller prendre leur garnison en altitude.
04h.50mn – Arrivée au refuge « Trzaska Koca Na Dolicu », plus couramment appelé Dolic ce qui est plus simple. Ce refuge apparaît comme très confortable, bien placé sur un col situé à 2151 m. d’altitude.
On peut choisir de conclure l’étape en restant sur place pour profiter du paysage avec en particulier l’ouverture sur une vallée très profonde.
05h.00mn - Du refuge, on part plein sud pour arriver sur une fourche à 3 voies où l’on prend sans hésiter celle de droite qui part plein sud pour contourner, par un long chemin en courbe de niveau, le massif de Kanjavec.
05h.30mn - On arrive à une sorte de col encaissé en fond de vallée ; attention prendre à droite, même en l’absence de marquage (qui est en fait derrière le gros rocher, à contre-sens), on aperçoit un panneau directionnel en haut de la montée.
05h.50mn  - Indication au sommet, suivre l’itinéraire 7 Jezero refuge « Koca Pri  Triglavskih Jezerih ». Commence alors la traversée d’un paysage stupéfiant, comme pétrifié, dont toute vie aurait disparu. C’est une sorte de plateau qui apparaît comme bombardé, retourné, convulsé.

Cet endroit étrange est creusé de failles et de dépressions. On engage une longue traversée un peu déprimante jusqu’au sortir du plateau pour enfin rentrer dans la vallée des 7 lacs.

06h.30mn - On voit bientôt, indiquée au NW, la direction du refuge « Zasavska Koca Na Prehodavcih » qu’il ne faut pas suivre sauf à choisir d’y faire étape. On aperçoit un premier lac en fond de vallée « Zeleno Jez » que l’on contourne par la gauche en ayant soin de suivre l’indication 7J  visible au sol et non Jezero comme indiquée sur un rocher, indication erronée ! C’est le SW qu’il faut suivre et la vallée est suffisamment explicite pour ne pas dériver de cette orientation.
07h.10mn - Cette vallée est surprenante sur le plan géologique. A gauche, sur son flanc E, c’est une falaise abrupte et presque verticale qui se termine en glacis de pierre jusqu’au chemin. A droite, côté W, les pierres sont comme marquées à l’acide, parcourues de longues nervures insolites et recouvertes à partir de 1900m d’un maigre couvert végétal. En certaines places apparaissent de véritables murailles cyclopéennes, façonnées par la nature, paysage remarquable plus impressionnant que les lacs eux-mêmes qui sont peut-être plus à même d’être appréciés au printemps qu’à l’automne ; mais au moins on voit de l’eau, élément qui avait disparu depuis maintenant 2 jours !

Le chemin (long) se déroule maintenant naturellement dans une vallée au long de laquelle on côtoie successivement les lacs de « Jezerche pod Vrsaki », « Jezero v Ledvican ». La vallée se referme progressivement et se végétalise. Les pierriers s’effacent au profit de longues dalles inclinées qui en fin de parcours fatiguent et perturbent la marche.
Le refuge se fait désirer…
08h.00mn - C’est le bruit du groupe électrogène qui annonce le refuge qui se découvre derrière une petite retenue qui retient le minuscule lac de Mocivec en amont du bâtiment.
« Zasavska "Koca" Na Prehodavcih »( 1685m), refuge d’un confort standard avec toutefois des commodités un peu mieux assurées du fait de la présence d’eau courante.

La restauration est de qualité suffisante tout comme celle du couchage, les ronflements étant malheureusement toujours abondants… Globalement les slovènes sont charmants mais bruyants et sans aucune gêne pour la contrainte à autrui (mais, bon, ils sont chez eux...).


Dimanche 16/09/07

Sur le chemin  (3), suite et fin.

00h.00mn – Le courage est revenu avec une nuit réparatrice (?) et il s’agit maintenant de plonger dans la vallée pour rejoindre Jezero, but de cette randonnée. On longe le lac qui succède au refuge pour prendre le chemin à droite et longer à nouveau un petit lac « Dvojno Jez ».
00h.20mn – Le chemin se divise en deux et l’on prend celui de droite. Commence une première descente assez raide mais encore confortable…
On est maintenant descendu dans une nouvelle vallée orientée SE à l’altitude d’environ 1500m.
00h.50mn – Les sapins sont maintenant omniprésents et la descente est bien contenue et progressive en courbes de niveaux. L’environnement est très impressionnant avec d’immenses rochers qui surplombent le chemin.

01h.50mn – Le lac de Crno (1264m) apparaît en contrebas, à droite, au pied du mont Orlic.
On longe le lac puis l’on prend le chemin de droite (indication Hôtel Zlatorog) qui contourne le lac puis,  en absence d’indication, prendre le chemin qui part à gauche, au niveau du lac.
02h.10mn – Les choses se compliquent car l’on arrive au bout d’un éperon rocheux très vertical qu’il faut descendre sur environ 600m de dénivelé dont les 400 premiers sont particulièrement raides mais fort heureusement abondamment équipés en câbles poignées et marches métalliques mais quand même… Aux trois quart de la descente, la pente s’adoucit un peu et l’on commence à apercevoir des traces de vie au fond de la vallée.
04h.00mn – On aboutit à Postaja Tovorne Zicnice où un bus peut utilement conduire directement à Ribcev Laz. Sinon et si l’envie est encore là, il suffit de descendre jusqu’au Lac de Jezero et d’en suivre la rive gauche, cheminement pour lequel il faudra compter environ 9 km supplémentaires et 3 petites heures.